Les encres végétales

Le remplacement des diluants pétroliers par des huiles végétales est plus problématique dans le cas des encres heatset car le principe du procédé est basé sur l’évaporation rapide des solvants pour que le film d’encre puisse durcir. Or les huiles végétales ne sont pas volatiles. Elles n’ont pas de point d’ébullition car elle se dégradent avant de l’atteindre.

Comme le diluant doit s’évaporer dans les sécheurs, l’emploi de composés d’origine végétale est limité aux résines alkydes (10 à 15 %). Les solvants n’ont pas pu encore être remplacés.

Les formules « 100 % végétales » pour les encres heatset n’existent qu’en laboratoire mais ne sont pas encore répandues dans les imprimeries. Elles sont composées d’esters d’huiles végétales à faible point d’ébullition ou d’acides gras sélectionnés. Dans ce cas, ce ne sont pas les viscosités ou les capacités d’évaporation qui posent problème, mais le pouvoir solvant des huiles employées qui sont faibles par rapport aux distillats pétroliers habituellement employés.

Il semble que ces formules ne soient pas sur le point de changer, étant donné le principe même du séchage de ce procédé. Il reste donc encore environ 30 % de solvants.

Par conséquent, il n’existe pas en rotative d’encre végétale disponible sur le marché.

%d blogueurs aiment cette page :