GIEC : Ce que nous apprend le dernier rapport sur le réchauffement climatique.

Si le réchauffement climatique venait à dépasser les +1,5 °C, les conséquences seraient sévères. Tant pour la vie sur Terre que pour la santé de nos économies. C’est ce que nous apprend le dernier rapport du Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Ainsi, il va falloir agir vite et taper fort.

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par l’Homme ont fait grimper la température mondiale de 1 °C depuis la Révolution industrielle. Le dernier demi-degré engrangé est déjà associé à une recrudescence de phénomènes météorologiques extrêmes.

Selon le Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), « il est probable » que le réchauffement atteigne 1,5 °C entre 2030 et 2052 s’il se poursuit à son rythme actuel. Cela ne se fera pas sans bouleverser notre monde. D’autant que « beaucoup de régions » connaissent un réchauffement encore plus rapide. Ainsi, l’Arctique se réchauffe deux à trois plus vite que la moyenne.

Dans son « Rapport spécial » approuvé samedi par les gouvernements et publié ce lundi, le Giec prévient même qu’à +1,5 °C ou à +2 °C, le monde ne sera pas le même. Ce petit demi-degré pourrait être responsable de risques accrus, tant pour les espèces que pour nos économies.

+1,5° ou +2°, des effets bien différents

D’un point de vue strictement météorologique, +2 °C signifierait des vagues de chaleur dans la plupart des régions. Ainsi que des jours chauds qui croissent à peu près partout, en particulier dans les Tropiques, zone sensible car encore épargnée par les variations. Les précipitations liées aux cyclones gagneraient en intensité.

Le niveau des mers, quant à lui, et si l’on s’en tient à +1,5 °C, aura gagné 26 à 77 centimètres d’ici à 2100, selon les projections. À +2 °C, ce serait de 10 centimètres de plus.

De quoi affecter jusqu’à 10 millions de personnes supplémentaires. À long terme, l’instabilité de la calotte antarctique ou bien la perte de celle du Groenland pourraient être déclenchées vers +1,5 ou +2 °C, faisant grimper les mers de plusieurs mètres sur les siècles ou millénaires à venir. La valeur de +1,5 °C limiterait l’acidification de l’océan liée aux concentrations accrues de CO2 et qui menace la survie d’espèces (poissonsalgues, etc.) et avec elle, les services rendus à l’homme (pêche, pharmacopée, etc.). À +1,5 °C, l’Arctique connaîtra un été sans banquise par siècle ; à +2, ce sera un par décennie.

%d blogueurs aiment cette page :