Impression avec ou sans sécheur ?

Le principe de l’impression est de déposer une fine couche d’encre sur le papier. Cette couche d’encre doit avoir une bonne cohésion et une bonne adhésion au support. On peut considérer deux types de séchages : le séchage physique et le séchage thermique.

OFFSET HUMIDE / OFFSET SANS EAU

Impression heatset et coldset font appelle à l’offset humide. Le waterless est une technique « sans eau » de mouillage.

L’offset par voie humide est fondée sur l’antagonisme entre l’eau et la graisse qui sont non miscibles. La plaque offset possède une base servant de support à deux couches superposées : une couche hydrophile, généralement un sel, surmontée d’une couche photosensible lipophile, généralement en cuivre ou en polymère.

La plaque offset est gravée ou insolée au laser par le procédé computer-to-plate qui retire une partie de la couche photosensible afin de former la zone imprimante avec la couche photosensible lipophile restante et la zone non-imprimante avec la couche hydrophile en dessous.

La plaque offset est ensuite calée sur le cylindre porte-plaque de la presse offset, dans laquelle elle va être successivement humidifiée par une solution de mouillage, puis encrée avec de l’encre grasse : la couche hydrophile (donc lipophobe) accepte l’eau et repousse l’encre grasse tandis que la couche lipophile (donc hydrophobe) accepte l’encre grasse et repousse l’eau.

IMPRESSION HEATSET : Impression avec sécheur (séchage thermique).

Cette technologie, la plus répandue actuellement combine à la fois le séchage de l’encre par infiltration et le séchage par évaporation. Une partie du véhicule de l’encre est absorbée par le support (10 % à 20 %) et l’autre partie évaporée dans des fours chauffés entre 100 °C et 200 °C. Les fours sont alimentés par gaz (butanepropaneGPL, etc.) ou fioul. Les produits évaporés (C.O.V.) doivent alors être récupérés pour ne pas être rejetés dans l’atmosphère.

IMPRESSION COLDSET : Impression sans sécheur avec eau de mouillage.

Le « séchage » de l’encre est physique.  En réalité l’encre ne sèche pas à proprement parler, elle perd de sa fluidité. Le véhicule de l’encre va pénétrer par capillarité dans le support. Les pigments, eux, restent en surface. Ce séchage à froid (coldset) est principalement utilisé sur les presses rotatives de presse (papier journal et offset). Ce procédé présente l’avantage de ne pas consommer d’énergie pour le séchage. Grâce à la prise de conscience du réchauffement climatique, ce procédé ancien retrouve ses lettres de noblesse parce qu’il est un choix éco-responsable.

IMPRESSION WATERLESS : Impression sans sécheur et sans eau

Comme son nom l’indique, ce procédé n’a pas besoin de solution de mouillage. Cela permet un démarrage plus rapide et donc moins de gâche de papier. L’apport d’eau sur le papier étant supprimé, les variations dimensionnelles de ce dernier sont quasi nulles.

L’encrage est stable durant l’impression et le contraste est amélioré.

L’élargissement du point de trame est réduit par rapport à l’offset conventionnel. Cela permet la reproduction d’une trame plus fine.

Ce procédé d’impression améliore les bilans environnementaux et graphiques de l’impression coldset. Il est aujourd’hui la milleure solution d’impression pour ceux qu’il veulent s’engager contre le réchauffement climatique.

Thierry Doll

%d blogueurs aiment cette page :