Grenoble toujours pas éco-responsable.

En fait, c’est beaucoup trop contraignant d’être éco-responsable. Alors la ville de Grenoble qui se positionne comme l’une des villes les plus préoccupées par l’environnement ne change rien au processus d’impression de son magazine.

Le cahier des charges vient d’être publié pour le 3 ans à venir.

La colle est toujours dans le cahier des charges. Cette colle qui est un perturbateur du recyclage du papier. IL FAUT LA SUPPRIMER.

Le processus d’impression est cette fois précisé mais comme il n’est pas question de changer de comportement, il est précisé que « La Ville souhaite que le prestataire retenu lui propose des techniques d’impression et de finition respectueuses de l’environnement (séchage avec faible consommation d’énergie). » Engagement tout à fait minimaliste. Pour un maire écologiste, un engagement réel aurait été souhaitable.

Il reste le papier : « papier : il doit être composé à 100% de fibres recyclées, être labellisé EUFlower (homologuant les produits et services les plus respectueux de l’environnement), et être labellisé PEFC (contribuant à la gestion durable des forêts). »

%d blogueurs aiment cette page :